Le 29 janvier 2019

Un récent document de recherche (Quillette cité par Le Point) met en garde contre l’illusion de LA cause profonde.

Il prend l’exemple des violences conjugales. Leur origine est communément attribuée aux stéréotypes de genre que la culture dominante impose aux garçons. Solution ?  Pour prévenir ces violences, il faut agir sur l’éducation. Et, au passage, tant pis pour la génération actuelle.

Or, si cette cause joue effectivement un rôle, toutes les recherches sérieuses démontrent qu’elle est loin d’être unique. Situation sociale, alcool et drogue sont d’autres facteurs très importants. Comment expliquer en effet que les violences entre personnes intimes existent également, et au même niveau, au sein des couples homosexuels ? Ou bien encore dans les sociétés nordiques qui sont les mieux éduquées pour prévenir les stéréotypes de genre ?

La vérité est que les sciences sociales et humaines sont complexes et qu’il n’y a pas UNE cause unique, mais un faisceau de phénomènes qui favorisent et déclenchent ces actes violents. Et qu’il n’y a par conséquent pas UNE solution unique, mais un ensemble de mesures à prendre pour faire régresser ce phénomène insupportable.

Transposons le raisonnement au domaine des Relations Client. Un échec commercial ou la perte d’un client n’ont, non plus, jamais UNE cause unique. Toutes les analyses montrent clairement qu’il y a toujours un faisceau de facteurs, très souvent fortement corrélés entre eux et d’intensité variable, qui motivent les décisions des clients.

Quelle attitude adopter et comment s’y prendre face à des phénomènes plus complexes qu’il n’y paraît ? C’est ce que nous verrons dans un prochain article.

En savoir plus et contacter la voix du client, éditeur de ce magazine